Le Blog Pfranpasc

22 septembre 2008

rebirth...

Amis fidèles...

Désolé de vous dire que si cette absence vous a semblé longue, elle s'est enfuie bien tristement pour moi.
Maman est morte.
je n'ai même pas pu être là quand elle s'en est allée.
je ne suis pas, hélas, le seul qui ait perdu ses parents et encore... je n'ai pas 20 ans !
Bref, il faut que la vie continue... je suis donc reparti dans mon île paradisiaque... même si les couleurs ont faibli un peu ces deniers temps...
je reviendrais vous voir...
pour peut-être continuer les aventures de Kahalani...
Portez-vous bien... attention à vous

Posté par pfranpasc à 15:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 février 2008

31

L’atterrissage est un peu brutal, et le déchargement du sac, encore plus… Kahalani se retrouve dans le noir, la tête en bas et il lui faut d’abord s’orienter… puis, elle sort son couteau et déchire le tissu-prison… dans l'obscurité, à peine éclairée paar le rai de lumière d'une porte, elle se lève et détend ses muscles endoloris pas le voyage. Puis elle se dirige vers la porte qu'elle aperçoit maintenant, la pousse et reste aveuglée par la lumière sauvage… elle porte ses mains à son visage et entends :

- Qu’est-ce que tu fais là…

- Je me suis perdue…

- Dépêche-toi de partir, c’est l’aéroport ici…

Kahalani ne demande pas son reste en trottine en direction de chez Mama Hinaraurea. Elle sait que c’est juste au bout, à Maeva vers Fauna Nui… Elle ralentit sa course et se demande bien ce qu’elle va pouvoir demander à l’aïeule… Elle rentre dans un coin de faapu presqu’à l’abandon ou les herbes ont tout envahi et s’arrête à l’entrée du carré…

Une voix faible et forte en même temps dit :

- Mootua tamahine here ? Kahalani ? il y a tellement de temps que je t’attends… pourquoi n’es-tu pas venue avant ?

Kahalani tourne la tête et distingue Mama Hinaraurea assise à l'ombre sur un vieux peue. Elle se jette aux pieds de son arrière grand-mère et pose sa tête sur ses genoux tandis que l’aïeule pose ses mains sur le front de Kahalani. Le temps passe et la nuit tombe. Elles sont toutes les deux dans le noir juqu’à ce que Mama Hinaraurea demande à Kahalani de rentrer au fare. Elles ne se diront rien d’autres, mais Kahalani réalise avec effarement qu’elle sait tout ce qu’elle doit savoir ! Elle la regarde et découvre sur ses traits ridés un sourire d’une extrême douceur…


 

Posté par pfranpasc à 06:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 janvier 2008

30

Teva s’éloigne, laissant sa cousine dans le doute. Le temps passe et elle ne voit pas comment elle va pouvoir partir quand elle entend après le petit carillon d’annonces :

« Mademoiselle Kahalani Aturuanuu i Tetuamanu est priée de se rendre au service fret… mauruuru. »

un peu désorientée d’avoir entendu son nom comme ça, elle glisse vers le fret et retrouve Teva qui a l’air très énervé.

- Viens avec moi…

Il se dirige d’un pas rapide au fond du hangar et Kahalani peine à le suivre. Teva retrouve un autre homme et après un bref signe de tête, il prend la main de Kahalani et l’entraîne…

Arrivés à une porte, il dit à Kahalani :

- Tu vas voyager avec le courrier… je vais te mettre dans le sac pour Huahine, tu feras attention à toi…

Et il présente un grand sac ou sont déjà empilées des lettres et des colis, Elle n’hésite pas et rentre dans le sac, tandis qu’il referme le sac et qu’elle entends le bruit de la pince qui plombe le sac… une voix assourdie lui murmure trop tard en rigolant :

« Pei… j’espère que tu as un couteau… mais c’est pas solide le fond du sac… »

Elle entend les pas s’estomper tandis qu’un bruit de moteur approche et qu’elle se sent soulevée et trimballée, puis déposée sans égard sur un plancher dur et chaud, puis plus rien…

Kahalani s’assoupit et c’est le bruit des moteurs qu’on met en route qui lui rappelle ou elle est…un pâle sourire se dessine sur ses lèvres tandis que l’avion vole vers Huahine…

Posté par pfranpasc à 12:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 janvier 2008

29

Elle reste sur la petite rambarde, les jambes battant dans le vide en repassant dans sa tête les questions qu’elle doit poser… aucun doute, elle sait qu’elle va trouver un moyen de prendre cet avion…

Les minutes défilent et Kahalani est maintenant moins sûre d’elle… Elle pose ta tête dans ses mains et ferme les yeux.

- Kahalani ? qu’est-ce que tu fais là ? Kahalani ? oho.. Kahalani, tu m’entends ?

Kahalani secoue sa tête et se demande si elle rêve… c’est Teva son cousin…

- Teva ? heu… oui, ça va !

- Qu’est-ce que tu fais là ?

- Je dois aller voir Mama Hinaraurea…

- A Huahine ?

- Oui… je cherche comment y aller…

- Je peux essayer de le faire…

- Comment ?

- Tu as oublié que je travaille ici ?

- Ohh…

- Tu vas rester longtemps ?

- Non juste pour lui demander quelque chose…

- Juste pour lui demander quelque chose ? tu te moques de moi ?

- Non, je t’assure…

Elle le regarde dans les yeux et prononce d’une voix que Teva n’a jamais entendue :

- Si je ne vais pas à Huahine voir Mama Hinaraurea… mon avenir ne pourra plus m’appartenir… peux-tu comprendre ça ?

Non, visiblement, Teva ne le peut pas… il essaie pourtant de comprendre, mais ses sourcils froncés disent à Kahalani qu’il en est incapable… Mais sa décision est prise :

Je vais trouver un moyen de t’emmener… reste là.

Posté par pfranpasc à 19:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2008

28

Kahalani ne sait pas ce qu’elle cherche, mais la malle est tellement grande qu’elle doit rentrer dedans pour faire l’inventaire…Elle dépose délicatement les objets par terre, et si il y en a qu’elle connaît, beaucoup d’autres sont inconnus…elle vide la malle et cherche un livre, un carnet… mais il n’y a rien !

Kahalani sort du fare et va s’abriter du soleil de midi sous le manguier… là, ou tout a commencé… Elle ramasse une mangue, prends le couteau qui ne la quitte jamais et mange ce fruit délicieux, puis elle met sa tête entre ses mains et laisse filer le temps…

Tout à coup, elle se dresse, comme si un ressort était déclenché… Mais oui, bien sûr, même si maintenant on peut écrire le tahitien, le reo maohi n’a jamais été une langue écrite…

Il faut qu’elle aille voir l’ancêtre, elle, elle saura !

Kahalani sait maintenant qu’elle aille à Huahine, l’ile vierge, pour voir l’ancêtre… qu’elle n’a vue qu’une seule fois, il y a déjà bien longtemps… Kahalani doit déjà trouver l’argent pour prendre l’avion… elle rentre chez elle et pendant le trajet, elle se dit que si tout est aussi mystérieux… elle trouvera bien un moyen d’aller à Huahine… elle repart donc, vers l’aéroport et se glisse dans la grande salle des pas perdus… elle se traîne vers le panneau d’affichage et regarde les prochains vols :

13h00 Takapoto

13h30 Rangiroa

13h40 Fakarava

15h40 Huahine

17h10 BoraBora

17h50 Maupiti

18h10 Raiatea

Kahalani regarde la pendule… elle a presque 2 heures pour trouver le moyen de prendre l’avion de 4 heures moins 20…

Posté par pfranpasc à 07:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


31 décembre 2007

27

Kahalani n’hésite même pas, elle pousse la pirogue et s’enfonce dans le soir qui tombe en direction du motu… Elle ne sais pas comment, elle se retrouve face à l’océan en écoutant le bruit assourdissant et lancinant des vagues qui se brisent sur la barrière toute proche…

Elle s’endort, épuisée et murmure une dernière fois le nom de Roald…

Et soudain, il est près d’elle et son sourire illumine la nuit fraîche… il est là, près d’elle, enfin… et elle se love dans ses bras en regardant la trace du temps au fond du ciel… ils ne parlent pas, et pourtant elle entend Roald lui dire tout son amour… le temps passe à une vitesse folle quand, tout à coup, Kahalani se souvient de la légende qui tue… elle crie, force son amour à quitter le motu, elle lui raconte comment les tupapau attrapent les hommes qui ont le culot ou l’inconscience de rester pendant la nuit, que les tupapau les aime… jusqu’à la mort... Elle le pousse, le chasse de l’île et se réveille trempée de sueur… seul, un héron la regarde d’un drôle d’air… pas effrayé du tout.

Elle se lève, pose son pareo sale sur la plage et se glisse dans l’eau tiède du lagon. Pendant un temps, elle reste immobile, puis Kahalani se réveille vraiment et pense à son rêve étrange… depuis le début, il y a de la magie dans cette histoire … elle s’en doutait, mais maintenant elle en est sûre. Elle sort du lagon et court vers la route pour attraper un truck et rentrer chez elle. A l’arrêt, tout le monde la regarde, mais elle dégage une telle aura que, comme à l’aller, personne ne lui dit rien quand elle descend au bas du chemin… Elle court à la maison et se met à fouiller dans la grande malle qu’il est tabu d’ouvrir…

Posté par pfranpasc à 10:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 décembre 2007

26

- Mauruuru Kahalani… tu as fait tout ce que tu pouvais faire et tu as donné tout ton pouvoir pour cette réponse…Demain, ton mana aura disparu…tu ne pourras plus jamais être… reine…

- Ceci n’est pas important… tu as passé toute ta vie au service du mana, tu ne peut savoir qu’il y a autre chose… plus fort, encore !

Le tahua ricane, dévoilant ses dents gâtées :

- Qu’est-ce qui peut-y avoir de plus important que le pouvoir, Kahalani, tu es folle…

La colère illumine un instant son visage et sa voix gronde :

- Tais-toi ! Non, je ne suis pas folle ! et elle termine dans un soupir, de toute façon, tu ne peux pas comprendre…

Elle tourne le dos au tahua qui reste stupéfait, et retourne vers la route. Kahalani rentre chez elle, les yeux dans le vague et l’esprit ailleurs…un truck s’arrête au bord de la route et automatiquement, elle monte et s’affale sur le banc de bois lavé par le temps. Elle reste dans le truck et quand finalement, il s’arrête et que le chauffeur se retourne pour dire à Kahalani de quitter son vaisseau… elle lève vers lui des yeux brillants d’un tel mana qu’il ravale la phrase qu’il voulait dire et la laisse partir.

Elle marche encore un peu et quand elle s’arrête, ses pieds sont dans l’eau tiède du lagon. Elle regarde enfin devant elle, et découvre, au fond du lagon de Haapape, l’île Tabu…

Elle connaît la légende, mais ne peux empêcher son attirance pour cette île. Elle se lève et regarde autour d’elle… une pirogue est posée sur la plage, comme si, elles s’attendaient mutuellement…

Posté par pfranpasc à 14:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 décembre 2007

25

Le soleil est déjà haut quand Kahalani ouvre les yeux. Elle s’habille rapidement et part vers la plage. Elle marche longtemps. Elle traverse la vallée et remonte la rivière jusqu’à ce que l’eau ne coule plus…

Le chemin qui monte dans la montagne se fait rare et Kahalani fait souvent demi-tour pour trouver le bon chemin…

Elle arrive sur le plateau et se met à chercher la pierre magique. Elle ne l’a vue qu’une fois…sa grand-mère Teraihoaanui lui a montré juste avant de mourir, en lui donnant la parure et le mana de son aïeule…

Elle cherche la pierre et finit par la dénicher, coincée sous un tas de végétation pourrie, elle enlève tous les débris qui recouvrent la pierre sacrée et s’apprête à déchiffrer le dessin gravé… mais ses yeux s’écarquillent quand elle voit…rien !

Il n’y a rien sur la pierre ! Comment cela peut-il être possible ? elle s’assoit contre la pierre…qui se met à rouler… Kahalani bondit, poursuit la pierre qui finit par tomber sur le côté. Elle regarde à nouveau la pierre… et les larmes viennent à ses yeux en même temps qu’un immense soupir de soulagement… l’écriture sacrée est bien là…

Elle reste interdite en regardant cet écrit qui détient la solution du retour de Roald…elle sort de son sac, la feuille de papier et recopie soigneusement les volutes magiques.

Il est midi, le soleil infernal écrase le paysage et même l’air semble immobile… Kahalani sait pourtant qu’elle doit retourner au marae avant que le soleil ait plongé dans l’océan pacifique… Alors, elle pose le sac sur ses épaules et descend le chemin en courant.

Quand elle arrive au marae, il reste une étincelle de soleil et Kahalani est à la limite de tomber de fatigue, elle tend le papier d’une main tremblante et le tahua le prend avec respect :

Posté par pfranpasc à 21:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2007

24

Tard dans la nuit, alors que la lune n’est plus qu’une lueur, un fantôme épuisé se traîne sur le bord de la route. Elle a partiellement rempli sa mission. Elle sait que le chemin est encore long, mais en une nuit, Kahalani est devenue femme. Elle a donné toute la puissance de son mana pour faire revenir vers elle le garçon qu’elle aime. Elle en est consciente. Elle sait que Madame Martin sera heureuse de revoir son fils, mais elle devine aussi qu’elle pourrait également s’en faire une ennemie… qui enlèvera son fils…

Quand elle arrive à son fare, tout est noir, mais dans le fare d’à côté, une petite lueur brille encore…

-oO§Oo-

 

La journée s’est écoulée au ralenti et le seul plaisir a été la présence de Kaha… de Vaitiare. J’ai pourtant ressenti comme une bouffée d’oxygène quand Purea est venue nous voir, mais, son regard noir nous a dissuadé de dire quoi que ce soit. L’ennui gagne Roald et il n’y a rien d’autre à faire que dormir.

Le soir, un guerrier arrive et les emmène pour les attacher à la vue de tous dans un fare dont les protections magiques empêche toute évasion… Pour plus de sécurité, devant les pouvoirs magiques dont est doté Roald, il les attache avec un lien de coco à un des piliers du fare.

La nuit est déjà noire depuis longtemps quand les conversations et les cris se taisent. Il ne reste plus que le craquement des feux qui s’éteignent doucement sur la plage.

Roald s’endort en écoutant la respiration régulière de Vaitiare…

 

-oO§Oo-

 

La nuit est tombée maintenant et Kahalani sent que les yeux de Roald entourent Vaitiare…

Aucune nouvelle n’est venue éclairer ces jours si sombres, et elle continue à penser à Roald nuit et jour… avant de s’endormir, elle va au fond du jardin, là ou elle l’a vu pour la première fois, et ou elle a vu ses yeux dans les yeux de Roald… et ou elle a décidé, elle, qu’ils ne ferait qu’un… à jamais…

Elle regarde les étoiles, surtout Matari'i…la constellation des pléiades… celle qui donne l’abondance…

Longtemps Kahalani rêve de Roald et souvent, comme ce soir, elle s’endort les yeux dans le ciel…

Posté par pfranpasc à 06:47 - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 novembre 2007

23

Kahalani le regarde et baisse la tête. Quand elle la relève, son regard est brillant, déterminé aussi…

- Qui es-tu pour me faire la morale… toi, Tahua. Tu es ici pour servir le mana… J’ai besoin de ton aide pour aider celui que… celui que j’aime… mais, parce que mon ancêtre était la reine la plus puissante du royaume, tu as besoin de mon mana aussi… Alors inutile de nous disputer !

Elle termine sa phrase sur un éclat de voix et tout le monde la regarde… différemment maintenant.

- Tu as raison Kahalani… as-tu ta ceinture de plumes ?

Kahalani ouvre son sac et en retire sa parure rouge. Elle la ceint et quand elle regarde le reste du groupe, un frisson parcourt l’assemblée. Elle est souveraine. Même le tahua lui demande d’une voix changée :

- Es-tu prête ?

- Oui, je suis prête…

Kahalani marche vers le centre du marae, quand le tahua demande :

- Mais, sais-tu bien ou se trouve la pierre gravée ?

- Oui… dit-elle d’une voix impérieuse, commence maintenant !

Kahalani s’avance vers la pierre sacrée du marae et tout le monde la suit.

Le tahua lève les bras et la cérémonie commence…

Posté par pfranpasc à 20:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]